L'ONUDC facilite la collaboration sud-sud entre des experts en cybercriminalité du Sénégal et du Niger

04-06-2021

DAKAR    Une équipe de 6 officiers nigériens spécialisés dans la cybercriminalité a participé à un atelier de formation à Dakar, organisé par l'unité de cybercriminalité du Sénégal et facilité par l'UNODC.

Un officier sénégalais, soutenu par l'UNODC, a dirigé l'atelier. Il s'agit du premier atelier bilatéral de partage de connaissances de ce type entre les deux pays dans le domaine de la cybercriminalité.

Des équipements tels que des ordinateurs et des writeblockers - essentiels dans les cyber-enquêtes - ont également été donnés par l'UNODC aux experts du Niger.

Carmen Corbin, Head of Counter Cybercrime Programming for West & Central Africa at UNODC

"Les write-blockers sont les premiers que l'unité de cybercriminalité du Niger a jamais reçus, donc nous leur avons définitivement fourni quelque chose dont ils ont besoin", a déclaré Carmen Corbin, chef du programme de lutte contre la cybercriminalité pour l'Afrique occidentale et centrale à l'ONUDC.

"C'est au cours de l'une de nos sessions de formation l'année dernière que cette merveilleuse collaboration entre le Sénégal et le Niger a commencé. Nous sommes heureux de soutenir cette coopération internationale cruciale. La cybercriminalité telle que la fraude en ligne, l'extorsion et l'abus sexuel d'enfants en ligne et l'utilisation de ransomware évolue et augmente en Afrique et dans le monde", a-t-elle déclaré.

Au cours de la cérémonie de clôture, le chef de l'unité cybercriminalité de la police sénégalaise a prononcé un discours de clôture et a spécifiquement commenté l'importance de cette coopération sud-sud. Il a souligné l'importance de faire appel à des experts locaux pour mener les sessions de formation au lieu de faire venir par avion des experts d'Europe ou des États-Unis.

"Le cyber espace est un petit village avec des connexions qu'une seule équipe ne peut pas résoudre, nous devrions donc cultiver cette philosophie sur cette question complexe et sophistiquée.
Aujourd'hui, nous sommes heureux de recevoir notre frère nigérian car nous avons une certaine compréhension politique, stratégique et tactique", a-t-il déclaré.

Formateur l'Adjudant de police Papa Djibril Ngom, avec Issoufou Bagouma, un inspecteur du Niger, et Carmen Corbin s'adressant aux stagiaires
 

L'un des officiers nigériens a déclaré que c'était la première formation de ce type qu'il recevait et qu'elle lui apportait des démonstrations et une expertise précieuses.

"En cinq jours, nous avons appris tellement de choses de notre formateur sénégalais. Nous sommes à la poursuite d'un criminel depuis 3 ans et pendant les sessions, nous avons découvert de nouvelles méthodes et tactiques que nous allons pouvoir appliquer", a déclaré Issoufou Bagouma, un inspecteur de police du Niger.

La formation a été rendue possible grâce à un financement de la France et de l'Allemagne.