L’ONUDC soutient les services de Criminalistique en Gambie 

 

06-12-2021 - Banjul,Gambia

En quête de paix, de stabilité et d'État de droit,  le gouvernement gambien poursuit sa réforme démocratique, en mettant l’accent sur la réconciliation nationale, les droits de l’homme, la justice transitionnelle et la sécurité. 

En effet, de nombreux gambiens manquent de confiance envers les acteurs de la sécurité nationale, y compris les forces armées et la police. Dès lors,la réforme du secteur de la sécurité (RSS) est nécessaire dans les domaines de la défense, de la police, de la justice, des services correctionnels, du système judiciaire, de la gestion des frontières ainsi que des douanes. Les objectifs de la RSS en Gambie sont largement axés sur l’amélioration de la prestation de services, le renforcement de l'appropriation locale et la garantie de la responsabilité des institutions du secteur de la sécurité. La disponibilité et l’utilisation de services, de données et de tendances de qualité en matière de criminalistique sont essentiels pour appuyer le travail opérationnel des organismes chargés de l’application de la loi, un système de justice pénale efficace et équitable ainsi que l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes.

Il est donc urgent de renforcer les capacités des autorités gambiennes en matière de criminalistique, d’autant plus que cette science permet l’analyse de nouvelles substances tout en fournissant des preuves objectives favorisant un système de justice pénale équitable et transparent. En effet, des services de criminalistique autonomes minimums sont indispensables pour améliorer les compétences des agents responsables de l’application de la loi de première ligne et du personnel des laboratoires criminalistiques, de la Force de police gambienne (GPF) et de l’Agence gambienne de lutte contre la drogue (DLEAG).

En 2019, un programme de soutien aux services de criminalistique en Gambie a été développé et mis en œuvre (XAWK36) par l’ONUDC. Cette première phase consistait initialement à se concentrer sur la récupération des preuves en améliorant les capacités des équipes d’enquête sur les lieux de crimes.

S’appuyant sur le succès du programme précédent, l’ONUDC ROSEN a organisé entre octobre et décembre 2021, une série d’ateliers dans le cadre du projet « Assistance à la CEDEAO et aux États membres d’Afrique de l’Ouest pour l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies de contrôle des drogues et de prévention du crime (XAMU50) », financé par la République fédérale d’Allemagne.

L’objectif était de consolider les acquis de 2019 et d’élargir le champ d’intervention de laDLEAG et de la GPF en matière de criminalistique. Au total, 6 ateliers ont été organisés sur les enquêtes liées aux scènes de crime, la collecte et l’analyse des empreintes digitales ainsi que la collecte et l’utilisation des statistiques sur la criminalité. En effet,  une fois que les échantillons médicaux-légaux ont été correctement prélevés sur une scène de crime, ils  doivent être traités conformément aux normes d’analyse reconnues et le cas échéant, faire l’objet de recherches dans les bases de données des délinquants connus, en particulier s’agissant d’empreintes digitales.

 

Ces activités de renforcement des capacités ont abouti à l’approbation officielle par le Ministère de la justice, le Ministère de l’intérieur, le pouvoir judiciaire, la GPF et la DLEAG de la première série de procédures opérationnelles normalisées (PON) pour les enquêtes sur les scènes de crime et l’analyse des drogues, ainsi que d’un manuel à l’intention des enquêteurs.

 

Cérémonie officielle de signature des POS en présence de la presse locale.

Une réflexion, une attention et un engagement considérables ont été consacrés à cet important travail par tous les organismes chargés de l'application de la loi en Gambie, avec le soutien d'experts déployés par l'ONUDC. L’introduction de procédures opérationnelles normalisées dans le travail quotidien des officiers de la GPF et de laDLEAG présente de nombreux avantages, car ces documents fourniront des orientations claires à tous les enquêteurs se trouvant sur une scène de crime. En effet, les PON améliorent considérablement la qualité des preuves, ce qui augmentera la probabilité d’obtenir une condamnation et réduira la possibilité que les preuves médico-légales soient contestées devant les tribunaux.

Les PON soutiennent aussi les responsables et les superviseurs lorsque le travail n’est pas conforme car ils peuvent rapidement identifier à quel moment le processus criminalistique n’a pas été suivi afin de garantir  que les formations sont fournis dans les bons domaines et aux bons membres du personnel.Enfin, bien que ces PON soient initialement destinées aux activités d'enquête sur les scènes de crime et d'analyse des drogues, l’objectif futur consistera à produire des procédures opérationnelles normalisées pour l'ensemble des services de police scientifique en Gambie, ce qui permettra à l'ensemble du personnel de savoir clairement comment ils fonctionnent. 

Plus important encore, conformément à l'ODD 16, les documents produits seront alignés sur les normes internationales et permettront aux unités de criminalistique de la GPF et de la DLEAG de fournir des services fiables et de qualité, ce qui renforcera la confiance dans toutes les preuves médico-légales produites pour les poursuites pénales, ainsi que la confiance des citoyens gambiens dans le professionnalisme des services criminalistiques. «La prochaine étape consiste maintenant à disséminer et à superviser l’utilisation de ces SOP  et du  Manuel dans tout le pays afin de sensibiliser le plus grand nombre possible d’agents de première ligne sur l’importance de la criminalistique», a déclaré le Dr Amado Philip de Andrés, Représentant régional de l’ONUDC pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.