L’ONUDC supporte la Côte d’Ivoire, le Togo et le Ghana dans l’évaluation et le renforcement de leurs capacités à prévenir et répondre à la menace terroriste

En réponse à la menace terroriste grandissante, le Service de Prévention du Terrorisme du Bureau régional pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) a organisé trois activités distinctes financées par la République fédérale d’Allemagne sous l’égide du Groupe de Travail pour l’Afrique de l’Ouest du Forum Mondial contre le terrorisme (GCTF-WAWG).

Du 9 au 11 novembre, l’ONUDC a tenu un atelier national sur la coopération internationale et inter-agences dans le cadre de la prévention et de la lutte contre le terrorisme à Lomé, Togo. À cet égard, le Dr Amado Philip de Andrés, Directeur Régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, a déclaré : "La coopération à tous les niveaux, national, régional et international, est le ciment d'une structure mondiale solide en matière de prévention du terrorisme. Sans ce mur porteur, la structure s'effondre". L'atelier a ainsi réuni 25 représentants des principales entités nationales impliquées dans la prévention et la lutte contre le terrorisme.

Alors que les incidents impliquant l’utilisation d’engins explosifs improvisés (EEI) se multiplient en Côte d’Ivoire, l’ONUDC a également organisé un atelier de formation et d’évaluation sur « la prévention, la détection et la lutte contre l'acquisition, le trafic et l'utilisation illicites d'engins explosifs improvisés par des groupes terroristes », à Abidjan, du 16 au 18 novembre. L’ONUDC est fier d’avoir pu collaborer avec l’Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR) afin de déployer son outil d’auto-évaluation des mesures nationales de lutte contre les EEI. L’objectif était d’assister la Côte d’Ivoire dans l’évaluation de sa préparation nationale et la maturité de ses capacités actuelles de lutte contre les EEI. Les participants ont accueilli très positivement la thématique de cet atelier. Ils ont également exprimé leur satisfaction de l'assistance fournie, leur souhait de voir celle-ci prolongée et leur intérêt à participer, dans le futur, à d’autres formations pratiques sur le sujet. 


 Finalement, l’ONUDC a organisé une formation de niveau avancé d’une durée de 5 jours sur l’information numérique et les preuves électroniques dans les enquêtes relatives au terrorisme, incluant les combattants terroristes étrangers, du 29 novembre au 3 décembre à Accra, Ghana. 14 représentants du Département des Enquêtes Criminelles et du Bureau National des Renseignements du Ghana ont participé à cette formation. Elle complète deux autres formations de niveau fondamental et intermédiaire organisées plus tôt cette année, en août, pour les mêmes participants. Celles-ci ont permis aux participants d'acquérir une compréhension utile des concepts et outils clés liés à l'information numérique et aux preuves électroniques dans les affaires liées au terrorisme. Cette formation de niveau avancé a été organisée pour approfondir les connaissances et les compétences des participants dans la conduite d’enquêtes en ligne liées au terrorisme.