Le trafic de drogue en Afrique de l’ouest : une menace pour la jeunesse

La population africaine est la plus jeune du monde avec plus de 400 millions de personnes âgées entre 15 et 35 ans selon les perspectives de population des Nations Unies, présentant à la fois une opportunité de croissance économique mais aussi des défis de développement durable. Ces défis concernent notamment la réduction de la pauvreté, de la faim et la malnutrition, l’éducation, la santé et l’accès à l’égalité. Cependant, une autre menace pourrait anéantir les efforts de croissance économique et de développement, à tous les niveaux et touchant particulièrement les jeunes : l’usage et le trafic de drogue.  

Le 22 avril 2022, le Bureau régional de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC), le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et l’Ambassade d’Espagne ont organisé conjointement une réunion sous forme de Mini Dublin Group portant sur trafic de drogue en Afrique de l’Ouest, à l’Institut Cervantes de Dakar. Cette rencontre était l’occasion pour les organisateurs d’échanger avec les représentants de corps diplomatiques travaillant avec l’ONUDC pour lutter contre la criminalité transnationale organisée, et plus particulièrement le trafic de drogue, dans la région. 

L’Afrique de l’Ouest fait face à un afflux croissant de drogue arrivant par les ports et aéroports de la région et transitant également par le désert. Tel que rappelé par le Directeur régional de l’ONUDC pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Dr. Amado Philip de Andrés, trois tendances et substances sont particulièrement préoccupantes : La cocaïne dont 53 tonnes ont été saisies de 2019 à 2021 en ou à destination de l’Afrique de l’Ouest ; le Haschich avec 57 tonnes saisies en 2021 ; et le Tramadol dont 77% des saisies mondiales ont été effectuées en Afrique de l’Ouest pour la période de 2015 à 2019. Le plus inquiétant est que les usagers sont, pour la plupart, des jeunes qui concentrent les promesses de développement du continent.

Selon le Réseau épidémiologique ouest-africain sur l'usage de drogues, 31,6% des personnes entre 15 et 44 ans consomment de la drogue en Afrique de l’Ouest. S.E.Mme. Olga Cabarga Gómez, Ambassadrice d’Espagne au Sénégal, a tenu à souligner l’importance de l’engagement de l’Espagne aux cotés de l’Afrique dans la lutte contre le trafic de drogue, en tant que pays historiquement lié à l’Amérique latine qui représente 70% des expéditions de drogue en Afrique pour la période de 2015 à 2019. Madame l’Ambassadrice a également insisté sur le fait qu’il n’y a pas de petite victoire en matière de lutte contre cette forme de criminalité transnationale organisée. Un réseau qui tombe, ce sont des vies épargnées, souvent jeunes, et des violences en moins dans les rues et les foyers.

Par ailleurs, le nombre d’usagers est à la hausse avec 275 millions d’usagers (chez les 15-64 ans) et 36,3 millions de personnes de la même tranche d’âge présentant des troubles liés à la consommation de drogues, d’après le rapport mondial sur la drogue 2021 d’ONUDC. « Avec une augmentation de 40% du nombre d’usagers de drogues prévue et une augmentation de 43% des populations à risque de 

consommation de drogues d’ici 2030 dans les pays à ressources limitées, ce phénomène présente un véritable fardeau quant aux années de vie perdues des consommateurs de drogue », selon le Dr.  Anselme Simeon SANOU, Responsable de l’Unité Santé et Réduction de la Demande de Drogues du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’ONUDC.

Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mahamat Saleh ANNADIF, a indiqué que le fléau du trafic de drogue dans la région ainsi que les opérations de plus en plus organisées des cartels de drogue demeurent une source de préoccupation majeure, avant de poursuivre en disant que le trafic de drogue avait tellement augmenté que l'on parle d’une épidémie de drogue en Afrique de l’Ouest et au Sahel. Le Représentant spécial a ajouté que l’UNOWAS, à travers ses Bons Offices, soutient les efforts de plaidoyer stratégique auprès des Etats et des institutions régionales dont la commission de la CEDEAO, pour l’atteinte des objectifs poursuivis par l’ONUDC en particulier et les Nations Unies en général pour s'attaquer aux problèmes de la criminalité transnationale organisée et au trafic de drogue dans la région de l’Afrique de l’Ouest.

Bertrand Ollivier, Chercheur associé à l’ONUDC, a également souligné lors de son intervention que : « Si l’Afrique est quasi-absente des statistiques mondiales en matière de quantification des flux par manque de données, d’importantes saisies régulièrement faites par les autorités viennent rappeler que l’Afrique de l’Ouest demeure une zone de transit privilégiée qui dispose désormais de laboratoires de transformation traduisant une nette sophistication des processus des trafiquants ».

Le travail de l’ONUDC consiste à soutenir les Etats et les populations en renforçant leurs capacités afin de favoriser le traitement et de prévenir le trafic et l’usage de drogue. Ce travail passe notamment par l’évaluation et la collecte de données sur les structures de traitement. L’ONUDC réalise également des enquêtes nationales sur l’usage de drogue et sensibilise les élèves dans les établissements scolaires au Sénégal, en Côte d’Ivoire, et au Burkina Faso. L’ONUDC renforce les capacités des Etats, des potentiels usagers et des familles en matière de normes internationales de l’ONUDC et de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur la prévention des drogues et le traitement des troubles liés à l’usage de drogue (assurance qualité, protocole de prise en charge, etc.).

Par ailleurs, l’ONUDC agit sur l’usage de drogue en zones de conflits et crises humanitaires, auprès des déplacés internes et refugiés ; dans le cadre de la justice (traitement en milieu carcéral ou comme alternative à la prison, réforme des lois sur l’usage de la drogue) ; et dans le cadre du contrôle à l’accès aux médicaments.

La lutte contre le trafic de drogue revêt des enjeux colossaux. Cette forme de criminalité transnationale organisée contribue au blanchiment d’argent, y compris dans le cadre du financement du terrorisme, et constitue un facteur aggravant de corruption et d’instabilité politique. Dans ce sens, la lutte contre le trafic de drogue est un élément crucial de la mission de l’ONUDC sur lequel les efforts communs de coopération doivent continuer pour répondre aux piliers des Nations Unies : la paix, la sécurité, le développement et les droits humains et pour atteindre les objectifs de développement durable.