Atelier de sensibilisation à l'éthique et l'intégrité pour l'École Nationale des Sous-Officiers de Gendarmerie 

Bobo-Dioulasso (Burkina Faso), 28-29 juillet 2022 - Les forces de l'ordre jouent un rôle essentiel pour assurer la sécurité des citoyens et, en tant que responsables de la détection de la criminalité et des trafics illicites, elles constituent un maillon important de la lutte contre la corruption. Cependant, la prévalence des risques de corruption au sein-même de ces institutions constitue une menace pour leur efficacité et légitimité, avec le risque immédiat d'une diminution de la confiance dans l'État et les acteurs de la sécurité au sein de la population.

Le Directeur régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, le Dr. Amado Philip de Andrés, affirmait d’ailleurs que : "La corruption au sein des forces de l'ordre et la remise en cause de l'État de droit qui en résulte affaiblissent la confiance déjà atténuée de nombreux citoyens de la région du Sahel envers leurs gouvernements."

Il est donc fondamental de renforcer l'intégrité des futurs agents des forces de l’ordre, afin d'assurer le respect de l'État de droit et de garantir la paix et la sécurité. Encore plus dans la région du Sahel, où la complexité des défis actuels en matière de sécurité exige des réponses et des institutions gouvernementales fortes et efficaces. 

A cet égard, et en partenariat avec l'Autorité Supérieure de Contrôle d'État et de Lutte contre la Corruption (ASCE-LC) et la Coordination Nationale de Contrôle des Forces de Police (CONACFP), l'ONUDC a réuni plus de 600 élèves de l’École Nationale des Sous-Officiers de la Gendarmerie de Bobo-Dioulasso pour un atelier de sensibilisation les 28-29 juillet 2022.

Organisé dans le cadre du Programme Sahel, et plus particulièrement de la mise en œuvre de la Phase II du « Projet d'appui stratégique à la réforme du secteur de la sécurité au Burkina Faso » de l'ONUDC, ainsi qu'avec le soutien financier de l'Agence norvégienne de coopération au développement et du Fonds pour la consolidation de la paix, cet événement a été mené par le Réseau des Jeunes Unitariens du Burkina Faso. La session visait à encourager une culture de l'intégrité parmi les futurs agents des forces de l’ordre au Burkina Faso, et s'est déroulée en marge de la Journée internationale de lutte contre la corruption 2021 - malgré le retard accumulé en raison de la situation politique récente du pays - sous le thème : « Votre droit, votre défi : dites non à la corruption » 

La session, qui a duré deux jours, comprenait la projection du film « République des corrompus », ainsi que des débats, des discussions de groupe et une table-ronde sur le thème « Droit à la sécurité : la tolérance zéro pour la corruption au sein des Forces de Défense et de Sécurité est-elle possible ? ». Les participants ont abordé des sujets ayant trait au droit des citoyens à la sécurité, à l'identification des pratiques de corruption et de leurs conséquences négatives ainsi que des bonnes pratiques et solutions permettant une réduction des risques de corruption au sein de leurs propres institutions.

L'un des principaux objectifs de cet atelier de sensibilisation était de permettre aux participants de mieux comprendre le lien existant entre la corruption et l'insécurité, ainsi que d'être équipés pour reconnaître et traiter les risques de corruption dans leurs activités quotidiennes. Dans l'ensemble, cet événement a mis en évidence le rôle substantiel des futurs agents chargés de l'application de la loi pour contribuer à la paix et à la sécurité au Burkina Faso et plus globalement dans la région du Sahel, ainsi que l'importance de restaurer la confiance de la population dans les institutions publiques nationales.