La criminalité maritime et la piraterie

L'activité criminelle perpétrée en mer est souvent dirigée à l'encontre de navires ou de structures maritimes, mais comprend également le transport de substances illicites et la traite des personnes par des réseaux criminels transnationaux organisés. Dans ses formes violentes, elle est une menace constante pour la sécurité de la navigation ainsi que pour l'intégrité physique et la vie des marins.

En Afrique de l'Ouest et du Centre, et particulièrement dans le golfe de Guinée où se trouvent certains des plus grands gisements de pétrole offshore dans le monde, la piraterie implique principalement le détournement de navires-citernes pétrochimiques ou d'autres plates-formes de stockage et de transport de produits pétroliers. Le nombre d'attaques de pirates dans le golfe de Guinée augmente chaque année.

Les évaluations et missions tenues par l'ONUDC dans la région ont permis de déterminer qu'aucun État du golfe de Guinée ne possède actuellement ni les dispositions législatives et juridictionnelles encadrant l'infraction, ni la capacité d'entreprendre des poursuites judiciaires à l'encontre des pirates et de leurs associés.

 
 

Suite aux résolutions 2018 (2011) et 2039 (2012) du Conseil de sécurité des Nations Unies, l'ONUDC a élaboré un cadre stratégique pour l'amélioration des capacités régionales de lutte contre la piraterie et vols à main armée contre les navires. Le Programme de lutte contre la piraterie comprend ainsi la Stratégie du Programme de lutte contre la criminalité maritime de l'ONUDC en relation à la piraterie, au vol à main armée contre les navires et la criminalité maritime dans le golfe de Guinée.

L'ONUDC aide notamment à:
• Cartographier la situation de risques maritimes et identifier les domaines de coordination régionale et d'appui au renforcement des capacités ;
• Collaborer et coopérer avec d'autres partenaires opérant dans la région, dans le but de mieux coordonner les activités de la lutte contre la criminalité maritime et la piraterie ;
• Plaidoyer pour l'adoption et la mise en œuvre des normes et standards de l'ONU sur la criminalité maritime et la piraterie ;
• Fournir une assistance au renforcement des capacités de la justice pénale, destinée à améliorer la capacité des États à mener à bien l'application efficace du droit de la mer et aider les victimes de la criminalité maritime.

Pour de plus amples informations :

La criminalité maritime et la piraterie en Afrique de l'Ouest et du Centre

Le Rapport Annuel 2014 du Programme de lutte contre la piraterie

La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer