Criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts

Dans certaines régions de l'Afrique de l'Ouest et du Centre, le braconnage à grande échelle et l'exploitation forestière illégale constituent une menace majeure pour la faune et la flore. Aujourd'hui, 50% des espèces du monde sont confrontées à l'extinction de masse causée par l'homme la plus rapide de l'histoire. Le trafic illicite de faune et de flore sauvage se poursuit sans relâche et nuit au développement économique et social, tout en menaçant la paix et la sécurité de la région.

Compte tenu de la diversité des lieux où le braconnage, la récolte, le transport, l'achat et la consommation de la faune se produisent, le trafic illicite d'espèces menacées d'extinction est un crime transnational. La criminalité de la faune menace la sécurité nationale et peut compromettre la santé humaine et animale à travers la propagation des maladies virulentes. En conséquence du braconnage, la population sauvage est gravement décimée et en voie de disparition. L'exploitation forestière illégale et le commerce international des bois illégalement enregistrés contribuent à la déforestation, causant de graves dommages à long terme sur l'environnement, avec d'importantes répercussions sur le développement, la sécurité et l'économie.

Les groupes criminels organisés déplacent la faune et la flore braconnées ou récoltées illégalement à l'aide des mêmes techniques sophistiquées et des réseaux utilisés pour la traite des personnes, le trafic d'armes, de drogue, et d'autres produits de contrebande. Le braconnage et le trafic illicite de la faune posent un grand nombre de défis, notamment causés par l'existence d'un nombre de délits connexes tels que la fraude, la contrefaçon, le blanchiment d'argent, la violence et la corruption.

 __

Pour faire face à ce crime transnational, l'ONUDC a élaboré le Programme mondial de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts. Celui-ci fournit un cadre pour mettre en place une gamme d'activités d'assistance technique au sein de plusieurs domaines thématiques, en vue d'atteindre l'objectif clé du projet : renforcer les capacités de prévention et de répression de la criminalité de la faune et de la flore sur une base régionale, nationale et locale. Le Programme mondial sensibilise également les différentes parties prenantes, y compris la société civile, aux niveaux mondial et régional, afin de réduire la demande d'espèces sauvages.

Plus précisément, l'ONUDC travaille avec les systèmes juridiques et les organismes d'application de la loi des États membres afin de :

  • Renforcer les cadres politiques, législatifs et réglementaires ;
  • Améliorer les connaissances et les compétences d'enquête et de poursuite des activités criminelles connexes ;
  • Augmenter la prise de conscience quant à la nature et l'ampleur des crimes contre l'environnement ;
  • Renforcer la coopération au niveau bilatéral et régional.

Pour de plus amples informations :

Compilation d'outils pour l'analyse de la criminalité liée aux espèces sauvages et aux forêts