Nouvelle initiative en vue d'améliorer l'échange de renseignements des aéroports sur le trafic de stupéfiants en Afrique de l'Ouest

Photo: UNODC West Africa

English/anglais

15 novembre 2010 - Selon les estimations de l'UNODC, entre 30 et 100 tonnes de cocaïne ont transité par l'Afrique de l'Ouest en 2009. La fréquence de saisies importantes, telles que les 2.2 tonnes de cocaïne récemment saisies en Gambie, souligne la gravité du problème du trafic de drogue en Afrique de l'Ouest. La cocaïne transite généralement par l'Afrique de l'Ouest par voie aérienne ou maritime, ayant pour origine l'Amérique Latine et pour destination l'Europe.

L'UNODC fait, depuis peu, équipe avec l'Organisation mondiale des douanes et Interpol pour démarrer un projet visant à améliorer l'échange de renseignements et des informations entre sept pays ouest-africains et le Brésil.

Le projet, nommé Aircop, a pour but d'établir une communication et un échange de renseignements sûr et efficace entre la Brésil, le Cap Vert, la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Mali, le Nigéria, le Sénégal et le Togo durant la première phase, la Guinée-Conakry et le Maroc ont également été invités à se joindre au projet.

Le projet de 3.2 millions de dollars, financé par l'Union Européenne et la Canada, consiste en la mise en place de forces opérationnelles conjointes (Joint Airport Interdiction Task Forces) composé d'officiers issus de toutes les agences chargées de l'application de la loi impliquées dans la lutte contre le trafic, opérant en continu dans chacun des aéroports internationaux sélectionnés.

Ces groupes ne sont pas censés conduire d'enquêtes, mais aider à l'augmentation du nombre et à l'amélioration de la qualité des saisies de drogues en fournissant des services spécialisés. Ils seront équipés d'un matériel de communication effectif avec un accès aux bases de données internationales d'Interpol et à un système de communication sécurisé géré par l'Organisation Mondiale des Douanes (appelé CENcomm), permettant des échanges immédiats d'informations opérationnelles entre les aéroports participants. Pour sa phase initiale, le projet s'étendra sur 36 mois et sera coordonné par le bureau régional de l'UNODC pour l'Afrique de l'Ouest et centrale.

S'exprimant lors de l'inauguration du projet à Dakar, Sénégal, le chef de la délégation de l'Union Européenne à Dakar, Gilles Hervio, déclara, « Aircop va rassembler toutes les agences en charge de la lutte contre le trafic et la criminalité organisée au niveau national au sein d'une unité qui pourra collaborer avec ses homologues régionaux et transrégionaux. » Son pair canadien, l'Ambassadeur Perry Carlerwood, salua ce nouveau développement, en disant « cela pourrait aussi contribuer à la lutte contre les déplacements illicites de personnes et de biens, et prévenir le terrorisme. »

Le projet Aircop est un produit du Plan d'action régional de la CEDEAO portant sur le problème croissant du trafic de drogue, de la criminalité organisée et de l'abus de drogue en Afrique de l'Ouest, et il contribue à l' Initiative de Dakar contre la drogue. Ce projet sera bientôt étendu à d'autres pays d'Amérique Latine et des Caraïbes.

Information complémentaire:

UNODC in West and Central Africa

[close]
Related Videos
    All Multimedia