Moldavie : le Fonds d'affectation spéciale de l'ONU finance une assistance juridique pour les victimes de la traite des personnes

Photo: courtesy of UNDP in Moldova

5 juin 2012 - Lorsque Dana a lu l'annonce d'une agence de voyage proposant à des femmes moldaves de passer un été en Italie pour travailler en tant que serveuses dans une boîte de nuit, elle n'a pas hésité une seconde. La jeune femme de 19 ans rêvait d'aller en Italie depuis longtemps ; elle en avait maintenant l'opportunité, et ce pour une ronde somme d'argent. Dana a répondu à l'annonce et a ensuite fait le voyage fatidique vers l'Italie depuis son pays, niché entre l'Ukraine et la Roumanie. A son arrivée, Dana s'est retrouvée en plein cauchemar.

Séquestrée, privée de nourriture et forcée à se prostituer, Dana compte parmi les 2,4 millions de personnes happées par l'esclavage des temps modernes. Prise dans un réseau d'exploitation sexuelle, sa vie était sans cesse menacée.

Après des mois de torture, elle a eu la chance inestimée d'être libérée par la police lors d'une descente dans une maison close où elle travaillait. Elle a été renvoyée en République de Moldavie.

Une fois en sécurité chez elle, Dana s'est tournée vers une ONG locale, l'Institut pour la démocratie, pour mieux s'informer sur ses droits et s'assurer qu'elle ne vivrait plus jamais un tel calvaire.

L'Institut pour la Démocratie lutte pour le respect des droits de l'homme et contre la traite des personnes et la violence. En 2011, l'ONG, soutenue financièrement par le Fonds d'affectation spéciale de l'ONU, a lancé un projet pour les victimes de la traite des personnes telles que Dana. Dans le cadre de ce projet, l'ONG a inauguré un centre d'assistance juridique pour les victimes de la traite des êtres humains à Comrat et a mis en place une assistance juridique par téléphone pour les victimes.

Le centre fournit une assistance juridique aux victimes de la traite des personnes, à leurs familles ou à leurs amis. La permanence téléphonique juridique est assurée par le centre en partenariat avec un cabinet d'avocats local, qui fournit des conseils gratuitement aux victimes en tout anonymat. Le centre travaille également à prévenir la traite des personnes en fournissant des informations sur les risques liés aux offres d'emploi à l'étranger et aux opportunités qui semblent trop belles pour être vraies.

De son inauguration en mi-novembre 2011 jusqu'à la fin du mois de février, le centre a aidé 84 personnes et la permanence téléphonique a traité 64 appels.

L'assistance juridique proposée par l'Institut pour la démocratie a permis la réinsertion de Dana dans la collectivité ainsi qu'un accès au soutien psychologique dont elle avait besoin pour se reconstruire.

A travers son travail pour et au nom des victimes, le centre joue un rôle important dans la lutte contre la traite des personnes originaires de la République de Moldavie, qui compte parmi les pays dont le plus de ressortissants sont victimes de la traite des personnes.

Le Fonds d'affectation spéciale de l'ONU, géré par l'ONUDC, a été officiellement créé en 2010 par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon. Par le biais de son système de microfinancement, il soutient l'aide humanitaire, juridique et financière des victimes de la traite des personnes sur le terrain. L'Institut pour la démocratie compte parmi les douze organisations qui ont reçu des subventions du système de microfinancement du Fonds d'affectation spéciale en octobre 2011.

Informations associées :

Fonds d'affectation spéciale de l'ONU pour les victimes de la traite des personnes

ONUDC : traite des personnes et trafic de migrants

Campagne Coeur Bleu contre la traite des personnes

[close]
Related Videos
    All Multimedia