Communiqué de presse

Le Triangle d'or a augmenté sa production d'opium de 22% en 2013 selon l'ONUDC

Le 18 décembre 2013 - Menée par une augmentation de 13% de la culture d'opium en Birmanie représentant 57 800 hectares (contre 51 000 ha en 2012 ), la culture du pavot à opium du Triangle d'or Sud-est asiatique (Birmanie, République démocratique populaire du Laos, Thaïlande) a augmenté pour la septième année consécutive selon un nouveau rapport de l'ONUDC.

Ce rapport intitulé Etude sur l'opium en Asie du Sud-est pour 2013 - République démocratique populaire du Laos et Birmanie a constaté que malgré les efforts d'éradication, les rendements plus élevés associés à une augmentation de la culture en Birmanie ont entrainé une augmentation de la production d'opium de 26% en 2013 atteignant environ 870 tonnes - niveau le plus important depuis les évaluations conduites par l'ONUDC et le gouvernement birman à partir de 2002.

En 2013, la République démocratique populaire du Laos et la Birmanie ont produit 893 tonnes d'opium soit 18% de la production mondiale d'opium et une augmentation de 22% par rapport à 2012, et 2,7 fois plus que les 326 tonnes de 2005.

« Ces chiffres montrent clairement que nous devons redoubler d'efforts pour s'attaquer aux racines de la culture et promouvoir des alternatives à la culture rampante du pavot » a déclaré Jeremy Douglas, représentant régional de l'ONUDC pour l'Asie du Sud-est et le Pacifique.

« Nous devons agir rapidement. Le Triangle d'or est le centre géographique de la Sous-région du Grand Mékong. Des plans sont en cours afin de développer les transports et les infrastructures en vue de réduire les barrières commerciales et les contrôles aux frontières dans la région. Les réseaux criminels organisés qui profitent du commerce illicite de la drogue en Asie du Sud-est sont bien placés pour tirer parti de l'intégration régionale, » a déclaré M. Douglas.

La résurgence de la culture et de la production peut être stimulée par une hausse de la demande en opiacés sur les marchés locaux et régionaux selon l'ONUDC. En Birmanie et dans la République démocratique populaire du Laos, la consommation d'héroïne, d'opium et de drogues de synthèse reste élevée et a été « beaucoup plus significative » dans les villages œuvrant dans la culture du pavot.

La Birmanie est le plus grand pays cultivateur de pavot à opium en Asie du Sud-est et le deuxième plus grand du monde après l'Afghanistan. L'état du Shan reste le centre des activités relatives à l'opium en Birmanie, il représente à lui seul 92% de la culture du pavot à opium tandis que le reste est principalement situé dans l'état de Kachin. En République démocratique populaire du Laos, l'étude de l'ONUDC a confirmé la prééminence de la  culture du pavot dans les trois provinces du nord de Phongsali, Xiangkhoang et Houaphan.

Les enquêtes menées par l'ONUDC auprès des agriculteurs œuvrant dans la culture de pavot dans le Triangle d'or ont montré que l'argent découlant de la culture du pavot était essentiel pour les villageois menacés par l'insécurité alimentaire et la pauvreté.

« Notre étude révèle un lien étroit entre la pauvreté et la culture du pavot », a déclaré Jason Eligh, Chargé de l'ONUDC pour la Birmanie. « Les cultivateurs d'opium ne sont pas des personnes malveillantes, ce sont des gens pauvres. L'argent dégagé par la culture du pavot constitue une partie substantielle du revenu familial. Dans les villages impliqués dans la culture de pavot, les ménages les plus endettés et en situation d'insécurité alimentaire sont ceux étrangers à cette culture illicite. »

« Les villageois menacés par l'insécurité alimentaire et la pauvreté ont besoin d'alternatives économiques durables ou ils continueront, en désespoir de cause, à développer l'opium comme une culture de subsistance, » a déclaré M. Eligh.

Pour pus d'information, veuillez contacter :

John Bleho

Spécialiste des médias et de la communication, ONUDC pour l'Asie du Sud-est et le Pacifique

Mobile: (+66) 81.750.0539

Email: john.bleho[at]unodc.org

[close]
Related Videos
    All Multimedia