Communiqué de presse

La baisse de la culture de coca au Pérou - Etude menée par l'ONUDC pour 2012

Le 25 septembre 2013 - Selon l'Enquête nationale de 2012 sur la production de coca (PDF en espagnol) présentée hier par l'Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime et le gouvernement péruvien, la culture péruvienne de coca a enregistré une baisse de 3,4%. La zone consacrée à ce type de culture a été estimée à 60 400 hectares au 31 décembre 2012 contre 62 500 hectares pour l'année précédente.

Selon Flavio Mirella, représentant de l'ONUDC au Pérou travaillant conjointement avec le gouvernement péruvien depuis 1999 pour l'élaboration de ces enquêtes annuelles, cette tendance positive s'explique par la stratégie nationale anti-drogue (lancée en 2012) combinée aux programmes fournissant aux agriculteurs des alternatives. De tels programmes ont été particulièrement effectifs dans la région de l'Alto Huallaga constituant une des régions les plus actives dans la production de coca.

Le gouvernement a éradiqué près de 14 230 hectares de plantation de coca dans l'Alto Huallaga et l'Aguaytia. Ces zones ainsi que celles de l'Apurimac-Ene et de la vallée de la rivière Mantaro sont un vivier du trafic de drogue et du terrorisme. Néanmoins, l'arrestation d'Artemio, leader charismatique du Sentier Lumineux a facilité l'implication des communautés d'agriculteurs dans l'établissement de programmes de développement alternatif.

Les images des satellites et les enquêtes ont révélé que 13 régions était impliquées dans la culture nationale de coca. Les régions de Cuzco, Ayacucho et Huánuco correspondent aux zones de culture les plus vastes suivies par la région de Palcazu-Pichis-Pachitea ayant connu une augmentation de 25%.

La productivité totale des feuilles de coca a atteint un niveau de 129 000 tonnes métriques correspondant à une baisse de 2% par rapport aux 131 000 tonnes de feuilles de coca séchées produites en 2011. Environ 9000 tonnes ont été utilisées pour la pratique traditionnelle de chique des feuilles de coca et près de 120 000 tonnes ont alimenté les marchés illégaux.

La production était majoritairement concentrée dans la zone inférieure de l'Amazone limitrophe de la Colombie et du Brésil ayant enregistré une baisse de 73% par rapport à 2011. La situation de cette zone facilite non seulement le transport des produits chimiques nécessaires à la production de drogues mais aussi le trafic transfrontalier. A l'image des années précédentes la région de la vallée de la rivière Mantaro est la plus active dans la production de feuilles de coca avec plus de 56% de la production totale. La moyenne nationale de récolte des feuilles de coca était de 2,1 tonnes par hectare dont 3,6 tonnes par hectare pour la région de la vallée de la rivière Mantaro et de 0.9 tonnes par hectare pour l'Alto Chicama.

En 2012, les prix des feuilles de coca à la sortie de l'exploitation atteignait 3.3 dollars par kilogramme. Le prix moyen de la cocaïne de base a baissé d'environ 10% pour atteindre 737 dollars par kilogramme alors que la cocaïne hydrochlorate coûte en moyenne 3% de moins pour atteindre 990 dollars le kilo.

Les saisies de cocaïne de base ont augmenté de près de 40% pour atteindre environ 20 000 kilos tandis que les interceptions de cocaïne hydrochlorate ont connu une augmentation d'environ 20% pour atteindre 12 700 kilos.

Pour plus d'information, veuillez contacter :

A Lima

Flavio Mirella, Représentant de l'ONUDC au Pérou

T: +51-1-715-1800 or +51-1-8120-5100 | E: flavio.mirella{at}unodc.org

  A Vienne

Preeta Bannerjee, Chargée de l'information publique

T: +43-1-26060-5764 | E: preeta.bannerjee{at}unodc.org

[close]
Related Videos
    All Multimedia