Bannière de la CND : Commission des stupéfiants des Nations Unies, organe de décision du système des Nations unies chargé en premier lieu des questions liées aux drogues

Engagements politiques

Dans le cadre du suivi de la déclaration ministérielle, la Commission a décidé, selon le  plan de travail pluriannuel 2019-2023, d'organiser pour la période 2019-2022 des discussions thématiques interactives sur la manière de relever les défis identifiés dans la déclaration ministérielle, ainsi que de dresser en 2023, dans la perspective de l'examen à mi-parcours de 2024, un bilan complet des progrès accomplis dans la mise en œuvre de tous les engagements internationaux en matière de politique antidrogue.

Lors de sa soixante-deuxième session, la Commission des Stupéfiants a tenu un segment ministériel pour faire le point sur la mise en œuvre des engagements pris pour aborder et contrer conjointement le problème mondial de la drogue. Les participants ont adopté par consensus la Déclaration ministérielle de 2019 sur le renforcement des actions aux niveaux national, régional et international pour accélérer la mise en œuvre des engagements communs visant à traiter et à lutter contre le problème mondial de la drogue. La déclaration ministérielle comprend trois parties : un préambule, un bilan et une section sur la voie à suivre.

Les États membres ont convenu de se concentrer sur la mise en œuvre pratique des engagements communs pris au cours de la dernière décennie (à savoir les engagements découlant de la déclaration politique de 2009, de la déclaration ministérielle commune de 2014 et du document final de la session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations unies de 2016). Les États membres ont décidé, dans le cadre du suivi de la déclaration ministérielle de 2019, d'examiner en 2029, au sein de la Commission, les progrès accomplis dans la mise en œuvre de tous les engagements internationaux en matière de politique de lutte contre la drogue, avec un examen à mi-parcours en 2024 à la Commission des stupéfiants.

La déclaration ministérielle de 2019 réaffirme également que les efforts déployés pour atteindre les objectifs de développement durable et pour lutter efficacement contre le problème mondial de la drogue sont complémentaires et se renforcent mutuellement.

En 2016, suite au processus préparatoire mené lors de la cinquante-neuvième session de la CND, l'Assemblée générale a tenu une session spéciale (UNGASS 2016) sur le problème mondial de la drogue et a adopté la résolution S-30/1, contenant le document final intitulé "Notre engagement commun à aborder et à combattre efficacement le problème mondial de la drogue". Le document final contient des recommandations opérationnelles à mettre en œuvre par les États membres dans le cadre de sept chapitres thématiques, comme suit:

  • Réduction de la demande et mesures analogues, y compris la prévention et le traitement, ainsi que d'autres questions liées à la santé
  • Assurer la disponibilité et l'accès aux substances réglementées exclusivement à des fins médicales et scientifiques, tout en empêchant leur détournement
  • Réduction de l'offre et mesures analogues ; répression efficace ; lutte contre la criminalité liée à la drogue ; lutte contre le blanchiment d'argent et promotion de la coopération judiciaire

  • Questions transversales : drogues et droits de l'homme, jeunesse, enfants, femmes et communautés
  • Questions transversales relatives à la lutte contre le problème mondial de la drogue : évolution de la réalité, tendances et circonstances existantes, défis et menaces nouveaux et persistants, y compris les nouvelles substances psychoactives, conformément aux trois conventions internationales relatives au contrôle des drogues et aux autres outils internationaux pertinents
  • Renforcer la coopération internationale fondée sur le principe de la responsabilité commune et partagée
  • Développement alternatif ; coopération régionale, interrégionale et internationale en matière de politique équilibrée de lutte contre la drogue axée sur le développement ; traitement des questions socio-économiques

En 2014, lors de l'examen de haut niveau des progrès accomplis dans la mise en œuvre par les États membres de la déclaration politique et du plan d'action, la Commission des Stupéfiants a adopté une déclaration ministérielle commune identifiant les réalisations, les défis et les priorités pour la poursuite des actions d'ici la date cible de 2019.

La déclaration politique et le plan d'action de 2009 sur la coopération internationale en vue d'une stratégie intégrée et équilibrée de lutte contre le problème mondial de la drogue ont donné à la Commission sur les Stupéfiants le mandat pour surveiller la situation mondiale en matière de drogue, d'élaborer des stratégies de contrôle international des drogues et de recommander des mesures pour lutter contre le problème mondial de la drogue, notamment en réduisant la demande de drogues, en promouvant des initiatives de développement alternatif, en adoptant des mesures de réduction de l'offre et en renforçant la coopération internationale. La déclaration politique de 2009 a fixé des objectifs pour éliminer ou réduire de manière significative et mesurable les éléments suivants:

  • La culture illicite du pavot à opium, du cocaïer et de la plante de cannabis

  • La demande illicite de stupéfiants et de substances psychotropes ; et les risques sanitaires et sociaux liés à la drogue
  • La production, la fabrication, la commercialisation, la distribution et le trafic illicites de substances psychotropes, y compris les drogues de synthèse
  • Le détournement et le trafic illicite de précurseurs
  • Blanchiment d'argent lié aux drogues illicites