Eclaircissements sur les transactions financières relatives au trafic illicite de migrants

Le 13 septembre 2013 - Le Bureau régional de l'ONUDC pour l'Asie du Sud-est et le Pacifique (ROSEAP) a récemment publié un rapport sur les flux financiers associés au trafic illicite de migrants. Le rapport intitulé « Trafic illicite de migrants en Asie - Recherche comparative sur les flux financiers en Asie et en Europe » propose une information approfondie portant sur les transactions impliquant les opérations de trafic illicite de migrants en Asie et en Europe.

Selon M. Sebastian Baumeister, Expert et analyste (basé à Bangkok) sur le trafic illicite de migrants auprès de l'ONUDC : « Il y a une carence d'information fiable sur le trafic illicite de migrants rendant problématique la mise en œuvre de politiques et de stratégies efficaces par les autorités afin de lutter contre ce trafic et de protéger les migrants clandestins. Ce rapport est une source d'information permettant d'identifier et de combler les fossés informationnels quant à la connaissance des flux financiers relatifs au trafic illicite d'êtres humains en Asie et en Europe ».

Ce trafic illicite expose ceux qui y participe à de nombreux risques d'abus, d'exploitation ou de traite et met leur vie en péril.

 Le Bureau régional de l'ONUDC pour l'Asie du Sud-est et le Pacifique a conduit une étude dans le cadre du Processus de Bali (processus régional multilatéral) afin d'améliorer la coopération pour lutter contre le trafic illicite de migrants, la traite des êtres humains et d'autres formes de criminalité transnationale.

Le rapport s'appuie sur diverses méthodes de recueil de données dont des entretiens avec des experts de la police, des analyses de dossiers judiciaires portant sur des cas de trafic de migrants mais aussi des écoutes téléphoniques de conversations entre des trafiquants.

Le rapport a également souligné qu'aussi bien les méthodes de trafic que les structures d'organisation révèlent l'existence de différents modèles nationaux de transactions financières selon le pays d'origine. Ces transactions financières laissent peu de traces dans le pays de transit et dans l'absolu, aucune trace dans les pays d'arrivée. Des méthodes informelles de transfert d'argent jouent un rôle prépondérant dans les réseaux de trafic bien que de véritables comptes en banque soient utilisés à condition qu'ils soient disponibles et opaques.

Le trafic illicite de migrants est une activité très lucrative pour les criminels qui s'y adonnent. Peu risqué et fortement générateur de profits, ce crime est particulièrement attractif pour les réseaux de criminalité organisée. Les criminels et en particulier les initiateurs ont peu de risques d'être repérés. L'enjeu est de traduire ces criminels en justice et de saisir leurs profits afin de vider le trafic de migrants de sa dimension lucrative mais aussi de faire triompher le Droit et de protéger les victimes.

 Le ROSEAP a introduit des recherches ciblées et un Système de notification non-contraignant sur le trafic illicite de migrants et des pratiques associées (VRS-MSRC) en complément du Processus de Bali. Lancé en juillet 2013, le VRS-MSRC est un système en ligne de partage de données permettant aux autorités de états participant de récolter, partager, utiliser et analyser des données sur le trafic de migrants et sur les questions d'immigration clandestine.

Information associée :

Bureau régional de l'ONUDC pour l'Asie du Sud-est et le Pacifique

Système de partage de données relatives au trafic de migrants destiné aux pouvoirs publics des États membres

Travaux de l'ONUDC contre le trafic illicite des migrants

 

[close]
Related Videos
    All Multimedia