Communiqué de presse

Le directeur général de l'UNODC préconise une approche globale, volontariste et humaine au niveau de l'offre et de la demande en ce qui concerne le contrôle des drogues

Englis h / Anglais

Vienne - 21 mars 2011 - (UNODC) - Appelant à une approche vigoureuse, globale et intégrée visant à réduire la demande, l'offre et le trafic de drogues, Yuri Fedotov, directeur général de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), a ouvert aujourd'hui la 54e session de la Commission sur les stupéfiants (CND), qui se tient à Vienne du 21 au 25 Mars.

Plus d'attention devrait être accordée à la sauvegarde de la santé, des droits de l'homme et de la justice dans le domaine de la drogue et du crime, a déclaré M. Fedotov, soulignant la nécessité de soulager la souffrance et de diminuer les effets négatifs de la drogue sur les individus, les familles et les communautés.

Bien que la culture illicite de coca et d'opium est maintenant limitée à quelques pays, les niveaux de production restent élevés, a-t-il dit. Entre 1998 et 2009, la production mondiale d'opium a augmenté de près de 80 pour cent. Le marché de la cocaïne n'a ni été éliminée ni même été sensiblement réduit; l'offre et la demande ont simplement été déplacé ailleurs.

Chaque année, les barons de la drogue gagnent la somme stupéfiante de 320 milliards de dollars. "Donc, si nous voulons faire de réels progrès contre l'héroïne et la cocaïne, et je pense que nous pouvons le faire, nous devons continuer à nous attaquer à la culture illicite de façon plus significative et coordonnée, " a-t-il dit à la réunion annuelle de l'organe de décision de l'Organisation des Nations Unies pour les questions liées à la drogue.

Intégration des stratégies

Les programmes intégrés de l'UNODC sur le terrain servent comme centres régionaux et nationaux d'action et d'expertise, où la menace de la drogue et du crime est particulièrement grave ou en croissance rapide.

L'UNODC a aidé à mettre en place un certain nombre de mécanismes régionaux et transnationaux, y compris le Pacte de Paris, l'Initiative triangulaire et le Centre régional d'information et de coordination d'Asie centrale pour affronter le problème de l'opium afghan. L'UNODC a également mis en place un nouveau programme régional pour l'Afghanistan et les pays voisins.

Les résultats sont impressionnants. Juste pour ce mois-ci, les partenaires de l'Initiative triangulaire ont coordonné des opérations conjointes qui ont abouti à des saisies de centaines de kilogrammes d'héroïne, d'opium, de morphine et d'haschich et à l'arrestation des trafiquants. Ces opérations conjointes démontrent le succès de l'Initiative triangulaire dans la construction de la confiance mutuelle, a déclaré M. Fedotov.

De plus en plus, l'UNODC lance des initiatives régionales pour aider à prévenir la déstabilisation des pays en situation de post-conflit en intégrant le contrôle de la drogue et du crime dans le maintien de la paix et les missions de consolidation de la paix des Nations Unies. M. Fedotov a souligné que l'UNODC et le Département des opérations de maintien de la paix ont lancé un plan d'action conjoint pour l'Afrique occidentale, une région qui est devenue une plaque tournante pour le trafic de cocaïne d'Amérique latine vers l'Europe.

Des familles et des sociétés en bonne santé

Le directeur général a exhorté les États à traiter la toxicomanie comme un problème de santé. "Les États membres reconnaissent de plus en plus que la toxicomanie est une maladie pas un crime, et que le traitement offre un remède bien plus efficace que la répression - une conclusion étayée par des preuves scientifiques" a-t-il ajouté.

Lançant un appel pour une responsabilité partagée entre les consommateurs et les pays producteurs de drogues, il a déclaré: " Nous devons également concentrer notre attention sur la demande. Chaque année, approximativement 150 à 250 millions adultes consomment des drogues illicites. Les consommateur détruisent leur propre vie, et leurs familles et leurs entourages en souffrent beaucoup. "

Alarmée par certaines tendances qui se dessinent, M. Fedotov a dénoncé l'abus croissant de drogues par les jeunes enfants, en particulier dans les pays en développement. Pendant ce temps, dans les pays développés l'abus de médicaments est en augmentation et les trafiquants de drogue ont su répondre à ces exigences, a-t-il dit. M. Fedotov a donc souligné l'importance de former les familles pour permettre aux parents de protéger leurs enfants contre l'abus des drogues. " Les enfants dont les parents consomment des drogues sont des groupes à risques. La drogue contribue aux problèmes sociaux qui porte préjudice aux communautés et elle crée de nouveaux défis dangereux pour la santé publique."

Le directeur général a déclaré que le régime de contrôle international des drogues n'est pas un instrument punitif contre l'abus des drogues, mais qu'il pourrait aider à explorer les moyens d'assurer l'accès universel pour le traitement contre la douleur et la maladie. "Il est destiné à garantir la disponibilité de substances contrôlées à des fins médicales, ce qui est essentiel pour la santé publique. L'Organisation mondiale de la Santé estime que chaque année, des dizaines de millions de personnes atteintes d'un cancer, du sida et d'autres maladies souffrent inutilement de douleur ou meurent parce qu'ils n'ont pas accès aux médicaments contrôlés. Rétablir l'équilibre dans l'accès doit également retenir toute notre attention ".

"Face à de tels défis variés et complexes pour la santé, la sécurité publique et le développement, il est temps de repenser sérieusement notre stratégie globale de contrôle des drogues". M. Fedotov a donc exhorté les Etats membres à accroître leur financement proportionnellement  à l'augmentation du nombre des mandats confiés à l'Office.

Pour plus d'information, veuillez contacter:

Preeta Bannerjee, Public Information Officer, (+43-699) 1459-5764,  preeta.bannerjee@unodc.org

or

Alun Jones, Chief of Communications, (+43-699) 1459-5726, alun.jones@unodc.org

[close]
Related Videos
    All Multimedia