Prévention du crime et justice pénale

 

Toute forme de criminalité porte atteinte à l'état de droit. La prévention du crime englobe des mesures qui visent à réduire les risques d'infractions et les effets préjudiciables que ces dernières peuvent avoir sur les personnes et sur la société, y compris la peur de la criminalité, et ce en s'attaquant à leurs multiples causes.

Le système de justice pénale, qui traite les conséquences du comportement criminel dans la société, a pour objectif de défendre le droit des personnes à la sécurité et à l'exercice des droits de l'homme. Cette notion recouvre, concrètement, le travail de la police, des services de poursuite et des autorités judiciaires en matière pénale, ainsi que l'accès à l'aide juridictionnelle, les établissements pénitentiaires et les alternatives à l'emprisonnement, la justice réparatrice, la protection des victimes et leur dédommagement. Elle intègre également des questions transversales, telles que la problématique femmes-hommes, les droits de l'homme et la prise en considération des victimes et des enfants dans le système de justice pénale.

 

Messages clefs

  • La justice est une valeur fondamentale de l'humanité que l'on retrouve dans toutes les cultures, toutes les civilisations et tous les systèmes juridiques, et une pierre angulaire du développement et des droits de l'homme.
  • Le renforcement de l'état de droit passe par la prévention de la criminalité et la promotion de systèmes de justice pénale équitables, humains et responsables.
  • Prévenir la criminalité permet de sauver des vies et de faire des économies, et il vaut mieux investir dans la prévention de la criminalité que dans la répression.
  • La prévention de la criminalité doit tenir compte des facteurs de vulnérabilité sociale qui influent sur la criminalité, comme l'inégalité, la pauvreté, l'absence de perspectives et le mépris des droits de l'homme.
  • Les enfants ont le droit de faire entendre leur voix, y compris lorsqu'ils sont en contact avec le système judiciaire.
  • Aucune violence contre les enfants n'est acceptable ; toute violence peut être prévenue.
  • La violence à l'égard des femmes est l'une des violations des droits de l'homme les plus répandues et les plus destructrices et chacun doit agir pour y mettre un terme.
  • L'accès à la justice et à l'aide juridictionnelle est le fondement de la jouissance des droits de l'homme, comme le droit à un procès équitable et le droit à la protection contre les mauvais traitements tels que la torture, la détention arbitraire et prolongée et les condamnations abusives.
  • Toutes les victimes d'actes criminels ont le droit d'accéder à des services de justice centrés sur les victimes, dans le cadre desquels elles sont entendues, aidées, soutenues et protégées.